Aller au contenu

TSO : une infirmière menacée de congédiement à St-Eustache

TSO : une infirmière menacée de congédiement à St-Eustache
/ bymuratdeniz / Getty Images
0:00
10:15

Une infirmière de l'hôpital de Saint-Eustache a été menacée d'être congédiée après avoir refusé de faire du temps supplémentaire obligatoire la semaine dernière, selon son syndicat.

La présidente de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (FIQ-SPSL), Julie Daignault, juge qu'elle a été victime de harcèlement psychologique et de violence verbale et organisationnelle, en fin de soirée mercredi dernier.

L'employée impliquée, qui n’a pas voulu commenter publiquement par crainte de subir des représailles de la part de son employeur, le CISSS des Laurentides, a finalement cédé et poursuivi son quart de travail en TSO.

Selon Mme Daignault, il ne s'agit malheureusement pas d'un cas unique ajoutant que cette « mauvaise pratique de gestion » est une cause de détresse et d’épuisement des travailleurs de la santé qui a aussi un effet direct sur les soins offerts à la population. 

Une plainte officielle a été déposée auprès de la PDG du CISSS des Laurentides, Rosemonde Landry, pour que cessent les heures supplémentaires obligatoires imposées aux infirmières et que des solutions soient déployées pour s’attaquer à ce problème qui mène à des congés de maladie ou encore à des démissions.

Une mesure de dernier recours, dit le CISSSLAU

En réaction, le CISSS des Laurentides affirme que le temps supplémentaire obligatoire représente une mesure utilisée en dernier recours seulement.

« Nous avons comme grande préoccupation d’éviter son recours, mais cela s’avère parfois impossible car notre priorité est d’assurer des soins et des services de qualité et sécuritaires à notre population. »

« En ce qui concerne la situation que vous portez à notre attention, nous ne pourrons malheureusement pas la commenter directement, car nous sommes actuellement à en éclaircir les faits. Toutefois, nous vous confirmons qu’en aucun cas nous n’encourageons ni ne soutenons le recours à des menaces et ce, quelle qu’en soit la nature. Un membre du personnel peut effectivement se retrouver dans une situation disciplinaire dans un cas déterminé d’insubordination, mais ce genre de cas est très rare. Habituellement, le ou la gestionnaire trouve les meilleures solutions en discutant avec l’employé en question, notamment en ce qui concerne les responsabilités respectives et la déontologie. »

Le CISSS des Laurentides compte, entre le 1er avril et le 30 septembre dernier, un total de 7 014 heures en TSO chez les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes dans la région, comparativement à 9 631 heures l’année dernière pour la même période.

L'entrevue réalisée la présidente de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides (FIQ-SPSL), Julie Daignault, est disponible dans son intégralité ci-haut.

 

Vous êtes témoin d'un événement ou avez une histoire à nous partager ? Écrivez à nos journalistes via nouvelles@cime.fm  

Écoutez-nous en tout temps pour suivre l'actualité locale et régionale dans les Laurentides et l'Est ontarien.

Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Tout un retour !
En direct
En ondes jusqu’à 18:01