Aller au contenu
Onde de choc à Lachute

Un manque de ressources dénoncé depuis longtemps

Un manque de ressources dénoncé depuis longtemps
/ Getty Images

Le décès par suicide d'une fillette de l'école Laurentian à Lachute a créé une importante onde de choc.

Non seulement la tragédie a bouleversé les enfants, leurs familles, les enseignants et membres du personnel, mais elle est venue mettre en lumière un manque de ressources flagrant dans cette école.

CIME a appris que les services sociaux qui sont intervenus après l'événement ont dû prendre en charge près d'une vingtaine d'enfants en situation de grande vulnérabilité.

Selon nos informations, la direction de cette école anglophone demande depuis des années qu'un travailleur social ou un technicien en éducation spécialisée (TES) soit présent à temps plein pour offrir des services aux élèves qui éprouvent des difficultés d’ordre affectif, social, scolaire ou familial, ce que la Commission scolaire Sir-Wilfrid-Laurier aurait maintes fois refusé. 

Appelés à réagir sur le manque de ressources psychologiques sur son territoire, l'organisation et son président Paolo Galati ont refusé nos demandes.

Le ministère de l'Éducation va s'en mêler

On apprend également que la députée d’Argenteuil, Agnès Grondin, a demandé l'aide du ministère de l’Éducation en indiquant, par courriel, avoir été bouleversée par le décès tragique de la petite AnnSofy, âgée de seulement 10 ans.

«Dès que j’ai appris cette nouvelle, j’ai demandé un état de situation au ministère de l’Éducation pour que l’on puisse faire le point sur cette triste histoire. L’accompagnement et le soutien aux enfants et aux jeunes en matière de santé mentale sont au cœur de mes préoccupations.»

De son côté, le CISSS des Laurentides a confirmé à CIME qu'il commentera la situation aujourd'hui.

*MISE À JOUR 14h30*

Le CISSS des Laurentides a expliqué par courriel qu'une «équipe interdisciplinaire couvre la région de Lachute spécifiquement et que la Commission scolaire Sir Wildrid Laurier dispose également de ses propres ressources.»

«Essentiellement, les enfants vulnérables ont été identifiés et rencontrés. Par ailleurs, des correspondances ont été transmis aux parents afin de les informer de la situation et de pouvoir compter sur leur contribution pour signaler leur enfant s’ils ont des inquiétudes relativement à leur santé mentale et leur bien-être. Le CISSS des Laurentides continue sa collaboration avec la Commission scolaire et plus précisément, avec l’école primaire Laurentian. Nos équipes restent disponibles pour retourner à l'école au besoin.»

Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
CIME au travail
En direct
En ondes jusqu’à 12:00