Aller au contenu
Exploitation minière

Électrification des transports : l'inquiétude monte d'un cran

Électrification des transports : l'inquiétude monte d'un cran
Une photo tirée de la pétition contre l’exploitation d’une mine de graphite à Rivière-Rouge et au parc régional Kiamika. / Parc régional Kiamika

Le président du Conseil des préfets et des élus des Laurentides, Scott Pearce, ne cache pas son inquiétude concernant la demande croissante pour des batteries de véhicules électriques et de l'impact non négligeable sur l'environnement dans la région.

Le premier maillon de la chaîne des batteries et des véhicules électriques est le secteur minier et la demande pour les minéraux qui les font fonctionner augmente également.

M. Pearce, qui est aussi le premier vice-président de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), soutient qu'il y a une réflexion actuellement sur les territoires incompatibles à l’activité minière (TIAM) et au développement des mines sur le territoire.

« On a une inquiétude envers ça parce que c'est bien beau que les grandes villes veuillent électrifier le transport, mais les mines pour chercher les métaux vont s'établir dans les Laurentides ou en Outaouais. Malheureusement, le gouvernement donne des permis pour les mines, mais c'est localement où on vit avec les problèmes d'acceptabilité sociale. Alors ça, c'est un autre dossier qui frappe et on travaille là-dessus aussi. »

Pas de projet minier sans acceptabilité sociale, assure François Legault

En août dernier, le premier ministre François Legault a déclaré qu'il n'y aura aucun projet minier au Québec sans qu’il y ait une acceptabilité sociale.

Il avait alors été questionné concernant l’intention de l’entreprise ontarienne Northern Graphite d’exploiter le minerai se trouvant en partie dans le parc régional du Réservoir-Kiamika et à Rivière-Rouge.

Depuis, le gisement de graphite Mousseau Ouest a été acheté par l’exploitant minier au début du mois d'octobre.

En septembre dernier sur nos ondes, face à la prolifération incontrôlée de nouveaux claims miniers (droit d’exploration) dans le sud du Québec, le préfet de la MRC des Laurentides et maire de Brébeuf, Marc L'Heureux, demandait un moratoire complet sur l'octroi de nouveaux titres miniers sur son territoire et une réforme de la Loi sur les mines.

Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Allez hop, bon matin :)
En direct
En ondes jusqu’à 08:30