Aller au contenu

La DPJ a fermé d'urgence un camp de vacances de St-Hippolyte

La DPJ a fermé d'urgence un camp de vacances de St-Hippolyte
/ Camp de vacances Hiboux des jeunes
0:00
11:25

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) des Laurentides a procédé, hier, à la fermeture d'urgence du camp de vacances Hiboux des jeunes de Saint-Hippolyte.

En milieu d'après-midi, la DPJ et des policiers sont débarqués à ce camp situé au lac Bleu et qui s'adresse aux enfants à besoins particuliers.

Une centaine d'enfants était sur place. Une trentaine d'autres étaient en sortie à La Ronde avec le directeur général du camp, Dave Allaire.

Ce dernier, qui ignore la nature de la plainte faite contre son camp, déplore la façon cavalière dont la DJP a agi....

Pendant que j’étais à La Ronde, ils ont débarqué sans ma présence, sans m’aviser à l’avance pour que l’on se rencontre ou peu importe. Ils sont débarqués avec la police et ils sont allés voir mes employés. Des façons de faire pour traumatiser et insécuriser des enfants qui n’avaient pas besoin de cela. Les parents ne l’ont pas trouvé drôle. Cela aurait pu se faire de façon beaucoup plus fluide, on aurait pu avoir une approche collaborative, mais malheureusement ce n’est pas ce qu’a fait la DPJ.

Le DG a proposé à la DPJ de mettre une nouvelle direction intérimaire. La proposition a été ignorée jusqu’ici.

Pour venir en aide aux dizaines de familles qui doivent se trouver un plan B pour leur enfant, la Municipalité serait en pourparlers pour accueillir certains d’entre eux au Camp Bruchési avec du personnel spécialisé provenant du camp Hiboux des jeunes.

Ce scénario devra, cependant, être approuvé par la DPJ.

CIME est en attente d'un retour de la DPJ dans ce dossier.

MISE À JOUR 16H

En fin de journée, la DPJ a réagi par courriel.

La Direction de la protection de la jeunesse tient d’abord à préciser qu’elle n’a pas le pouvoir de fermer un camp de jour ni aucune autre installation ou ressource. Cependant lorsqu’elle a des raisons de croire que la sécurité ou le développement d’un ou de plusieurs enfants sont compromis, la DPJ a le devoir de prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection des enfants, et ce, pendant tout le processus d’enquête. À ce stade-ci, par souci de confidentialité, les motifs de l’enquête ne peuvent pas être dévoilés. La DPJ rappelle aussi que les parents sont toujours les premiers responsables de la protection de leur enfant. Dans la situation qui concerne les enfants qui séjournaient au camp Hiboux des jeunes, la DPJ a pu compter sur l’entière collaboration des parents.

Vous êtes témoin d'un événement ou avez une histoire à nous partager, écrivez-nous à nouvelles@cime.fm  

Écoutez-nous en tout temps pour suivre l'actualité locale et régionale dans les Laurentides et l'Est ontarien.

Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!Abonnez-vous à l’infolettre de CIME 103.9 - 101.3!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Tout un retour !
En direct
En ondes jusqu’à 18:00